UNE DIDASCALIE POUR LA DÉCLAMATION POÉTIQUE

Pourquoi cette initiative concernant une didascalie spécifique à la déclamation de la poésie? Elle résulte des erreurs que j’ai constatées dans mes propres déclamations, notamment au cours de mes récitals. Peut-être travaille-je insuffisamment mes textes avant la prestation, même certainement, il est cependant difficile, surtout devant un public, d’éviter toutes les erreurs.

En effet, il existe un hiatus important en langue française entre la forme scripturale et la forme orale, ce qui est source de difficultés, et particulièrement pour la lecture de la poésie. Par ailleurs, j’ai constaté que les déclamations de mes confrères comportaient aussi des erreurs, y compris les déclamateurs de la Comédie Française qui sont des professionnels de très haute qualité. En général, les déclamateurs de poésie classique connaissent très bien les règles, ils ont le scrupule de les appliquer, néanmoins il reste difficile d’éliminer les erreurs. et ces erreurs, les miennes comme celles de mes confrères, apparaissent relativement nombreuses si je me réfère à un certain nombre d'observtions statistiques personnelles.

Je terminerais ce préambule par une prévention sur le terme d’erreur employé précédemment. Il s’agit plutôt à mon sens d’une commodité de langage qu’il conviendrait certainement de nuancer. Ces erreurs relèvent en réalité d’irrespect à l’égard des codes régissant la poésie classique. Ces règles doivent-elles être toutes respectées ou bien l’interprétation doit-elle admettre une certaine tolérance? Nous reviendrons en conclusion sur ce questionnement.


ÉLÉMENTS DE A DIDASCALIE

Cette didascalie a été choisie de manière à ne pas perturber la lecture, c’est-à-dire en évitant au maximum d’altérer la présentation correcte du texte avec sa ponctuation. La didascalie se trouve de préférence en intercalation au niveau des interfaces séparant les mots. Différents aspect spécifiques sont envisagés: couleur rouge, verte ou gras (pour éventuelle impression en noir).

Nous allons considérer ces erreurs en prenant comme exemple quelques vers de Boileau dans l’Art poétique.


1ère erreur: ne pas prononcer les e caducs

Sauf exception très rare, tous les e caducs à l’intérieur du vers, en dehors des élisions, doivent être prononcés, même avant une ponctuation.

Flatte, menace, irrite, apaise une maîtresse.

Flatte, e menace, irrite, apaise une e maîtresse.

Nous indiquerons ainsi le e caduc au niveau de l'interface.


2ère erreur e surajouté

e surajouté au niveau d’une interface consonantique

L’autre a peur de ramper, il se perd e dans la nue.

L’autre a peur de ramper, il se perd r dans la nue.

La lettre d'interface (ici r) permet d'éviter la prononciation d'un e surajouté.


3ème erreur évitement d’élision

Sauf exception rare, toute élision possible à l’intérieur du vers doit être réalisée, même s’il y a ponctuation.

Aussitôt il vous quitte ; ° et, content de sa muse

Le signe ° (au lieu de l'apostrophe moin s visible) permet d'indiquer l'élision.


4ème erreur: évitement de la liaison

Sauf exception très rare, toute liaison possible doit être réalisée, même s’il y a ponctuation

Quelque sujet qu’on traite, ou plaisant, t ou sublime,

Lettre de liaison indiquée au niveau de l'interface.


5ème erreur: évitement de l’aspiration sur un h aspiré

Gardez qu’une voyelle à courir trop h hâtée

h aspiré indiqué au niveau de l'interface.


6ème erreur: liaison mal appropriée

Certains cas de liaison peuvent être discutables. Il faut éviter notamment les liaisons qui entraînent la confusion entre singulier et pluriel

Fuyez des mauvais sons le concours r odieux :

Lettre d'interface indiquée.


7ème erreur: ne pas marquer les fins de vers par un arrêt temporel

Le vers le mieux rempli, la plus noble pensée ||
Ne peut plaire à l’esprit, quand l’oreille est blessée.

Arrêt temporel indiqué en fin de vers.


8ème erreur: ne pas marquer la césure par un arrêt temporel

notamment lorsqu’existe une ponctuation en dehors de l’hémistiche

J’aime mieux un ruisseau | qui, sur la molle arène,

Césure notée dans l'interface.


9ème erreur: ne pas respecter la diérèse

Il est un heureux choix de mots harmoni--eux,

Syllabes en diérèse séparées par des tirets.


10e erreur ne pas respecter le e caduc intralexical

Hâtez-vous lent-e-ment ; et, sans perdre courage,

e caduc indiqué entre tirets.


RÉCAPITULATION

e caduc: une e solution
e caduc surajouté: ciel l voilé.
élision: une ° évocation
liaison: premier r enfant
liaison mal appropriée: un vers r énoncé
h aspiré: la h hotte
fin de vers: Ce vers est un hexasyllabe ||
césure: Ce vers en son milieu | comporte une césure.
diérèse: monument grandi-e-ose


EXEMPLES DE TEXTE

extrait Andromaque Racine

choix de couleur: rouge


Nos deux pères e sans nous | formèrent e ces liens,
Et que sans consulter | ni mon choix ni le vôtre,
Nous fûmes e sans amour | engagés l’un à l’autre ;
Mais c’est assez pour moi | que je me sois soumis.
Par mes ambassadeurs | mon cœur vous fut promis ;
Loin de les révoquer, je voulus y souscrire.
Je vous vis avec eux | z arriver r en Épire ;
Et quoique e d’un autre œil | l’éclat victori--eux ||
Eût déjà prév-e-nu | le pouvoir r de vos yeux,
Je ne m’arrêtai point | t à cette ardeur r nouvelle :
Je voulus m’obstiner | r à vous être fidèle,
Je vous reçus z en reine ; ° et jusques e z à ce jour ||
J’ai cru que mes serments | me tiendroient lieu d’amour.
Mais cet amour r l’emporte, | ° et par un coup funeste ||
Andromaque e m’arrache | ° un cœur r qu’elle e déteste.

Par mon expérience personnelle, je pense qu’on s’habitue très vite à cette didascalie et que le déclamateur peut plus facilement se consacrer à l’expression en oubliant les contraintes de la versification. Néanmoins, tous les déclamateurs n’ont pas la même sensibilité.


APPLICATION À DIFFÉRENTS TYPES DE POÉSIE

Cette didascalie, telle qu’elle est présentée ici, correspond aux règles de la poésie classique. Concernant des formes plus modernes de poésie, il est possible de moduler ces règles. Par exemple, on pourra ne pas inclure la règle de la diérèse en n’indiquant pas le signe spécifique.


APPLICATION WEB À L’USAGE DES DÉCLAMATEURS

J’ai créé une petite application web (en lien ci-dessous) qui vous permet, après que vous ayez indiqué la didascalie en noir, de l’obtenir au choix en gras, en rouge ou en vert. Vous pouvez indiquer votre didascalie à la demande selon vos exigences. Il ne faut pas indiquer toutes les caractéristiques, mais uniquement celles qui sont susceptibles d’entraîner un erreur.

didascalie préécrite

Ex: mes enfants (inutile préciser la liaison en z)

texte traité

C’est t en vain qu’au Parnasse / ° un téméraire “ auteur //
Pense e de l’art des vers / s atteindre e la h hauteur : //

texte obtenu

C’est t en vain qu’au Parnasse | ° un téméraire “ auteur ||
Pense e de l’art des vers | s atteindre e la h hauteur : ||

C’est t en vain qu’au Parnasse | ° un téméraire “ auteur ||
Pense e de l’art des vers | s atteindre e la h hauteur : ||

C’est t en vain qu’au Parnasse | ° un téméraire “ auteur ||
Pense e de l’art des vers | s atteindre e la h hauteur : ||



EXEMPLE D’ERREURS DE DÉCLAMATION

Exemple déclamateur anonyme sur texte de victor Hugo Ce qu’on entend sur la montagne

Sont indiquées en vert les les caractéristiques qui ont été déclamé correctement, en rouge foncé celles qui sont erratiquement défectives, en rouge clair celles qui sont erratiquement surajoutées.


Enfants ! - oh ! revenez ! | tout t à l heure, ° imprudent ||
Je vous z ai de ma chambre | ° exilés z en grondant, ||
Rauque ° et tout t h hérissé | de paroles e moroses. ||
Et qu aviez-vous donc c fait, | bandits z aux lèvres e roses ? ||
Quel crime ? quel exploit ? | quel forfait t insensé ? ||
Quel vase e du Japon | en mille ° éclats brisé ? ||
Quel vieux portrait crevé ? | quel beau missel l gothique ||
Enrichi par vos mains | d un dessin fantastique ? ||
Non, rien de tout cela. | vous z aviez seul-e-ment , ||
Ce matin, restés seuls | dans ma chambre ° un moment, ||
Pris, parmi ces papiers | que mon n esprit colore, ||
Quelques e vers, groupe ° informe, | ° embryons près d éclore ||
Puis vous les z aviez mis, | prompts z à vous z accorder ||
Dans le feu, pour jouer, | pour voir, pour regarder ||
Dans z une e cendre e noire | ° errer des z étincelles, ||
Comme e brillent e sur l eau | de nocturnes e nacelles, ||
Ou comme, e de fenêtre | ° en fenêtre, ° on peut voir ||
Des lumières e courir | dans les maisons le soir. ||


CONCLUSION

Y a-t-il une importance extrême à respecter rigoureusement les règles de la versification classique en déclamation? Lire erratiquement des vers boiteux est-il si négatif sur le plan de l’esthétique déclamatoire? Il semble que l’on doive hiérarchiser l’importance des règles et choisir délibérément de les enfreindre pour des motifs expressifs qui priment la codification prosodique. Sur un autre plan, transformer des vers orthodoxes en vers incorrects - de manière plus ou moins justifiée - constitue objectivement une trahison à l'égard de l’auteur, mais l’auteur - en son époque -, s’est-il investi profondément dans les règles de la prosodie poétique ou a-t-il simplement suivi une tradition obligatoire? Nous débattrons ces questions difficiles à l’occasion d’articles spécifiques.


SOMMAIRE